Un très grand merci à l'Ecole Nonnewisen d'Esch-sur-Alzette d'avoir appuyé notre projet d'éducation primaire et secondaire à Baglung.

 

Le tremblement de terre du 25 avril 2015 de magnitude 7,8 et les répliques qui ont suivi ont bouleversé la nation népalaise, faisant 8 000 morts et des milliers de blessés et de sans-abris.

Sur 850 000 maisons détruites, environ 150 000 ont été reconstruites et 450 000 autres sont en cours de reconstruction. Selon le ministère de l'Éducation, 32 145 salles de classe ont été détruites et 15 352 ont été endommagées, touchant directement plus d'un million d'élèves. Actuellement on estime que la reconstruction est en cours pour 68% des installations. Alors que ces chiffres montrent l'ampleur des dégâts et la lenteur de la reconstruction, nous devons nous rappeler qu’ils renvoient surtout à des personnes qui vivent encore dans des abris provisoires, qui attendent leurs écoles et des centres de santé pour reconstruire leurs vies.

Au-delà des dégâts physiques observables, la catastrophe a causé de nombreux traumatismes psychologiques. Avant les tremblements de terre, le fait de faire appel à un conseiller ou un psychiatre était très stigmatisé au Népal. Fort heureusement, en raison de la grande demande et de la disponibilité accrue de services de santé mentale, cette stigmatisation a commencé à diminuer et la santé mentale est mieux comprise et acceptée dans la société.

La précarité dans certaines zones fortement touchées a également augmenté les risques de travail forcé des enfants et de trafic de jeunes garçons et filles. Il était donc nécessaire d'accroître et de renforcer les services sociaux pour prévenir et répondre aux problèmes de protection des enfants et des jeunes. L'éducation notamment, est l'une des clés les plus solides pour apporter la normalité dans la communauté et sensibiliser à toute forme de risques.

Depuis 2015, le Népal a promulgué une Constitution qui a été suivie par trois tours d’élections en 2017 : locales, provinciales et parlementaires. La victoire sans précédent du Parti communiste du Népal a donné de l'espoir pour assurer une stabilité dans le pays et faciliter la mobilisation efficace des ressources pour la reconstruction.

L’ONGD-FNEL scouts & guides travaille depuis bientôt 30 ans au Népal au travers de partenaires locaux, principalement dans le secteur de l’éducation. Suite aux tremblements de terre, ceux-ci ont déployé de nombreux services et projets d’urgence pour aider les communautés locales à se reconstruire et prévenir les risques sociaux qui sont souvent la conséquence de ce type de catastrophe, que ce soit via la reconstruction d’écoles, des programmes d’appui psychologique, des campagnes de sensibilisation ou une assistance matérielle.

Retrouvez les témoignages (en anglais) de nos partenaires en suivant ces liens : Right4Children, Setu Nepal, Shikharapur CLC et Umbrella Nepal

Gràce au geste des clients de Naturwelten qui ont donné 1% de leur carte client pour le projet des écoles rurales à Baglung et de Naturwelten qui a triplé cette somme, l'ONGD-FNEL a reçu le 25 mai dernier 3 000 euros. Un grand merci pour ce beau geste de solidarité.

 

The children and the staff in Sankhu have become a second family for me”, Tom Hoffmann

My fifth month here in Nepal has already come to an end. I used this last month to do one last trek up to the Thorang La pass at 5416 meters. It was an amazing experience during which I finally got to see some Yaks and Blue Sheeps.

 For the rest of the month I really enjoyed my remaining time in the children’s home in Sankhu. The last few days where really special as we opened the reservoirs where the waste from the toilette from the last two years have flown to and used it as fertilizer in their garden. Also during this month the home itself got some upgrades. Some modern waterfilters got installed, flowing water on the toilettes and they now have a real shower for the children.

Au Népal, où l’agriculture représente la première source de revenu de la population, l’accès à l’eau est un enjeu crucial. En effet, environ trois quarts de la population du pays dépendent de l’agriculture, et celle-ci dépend principalement de l’approvisionnement en eau.

Heureusement, le pays ne manque pas d'eau. Par contre cette abondance en eau est saisonnière car liée à la mousson, et donc seulement de juin à septembre. D’autres phénomènes naturels, tels que les tremblements de terre, peuvent également influencer les ressources en eau de certains villages.

Shikharapur Community Learning Centre (SCLC), soutenu par l’ONGD-FNEL, a mis en place un programme de formation aux techniques agricoles pour les jeunes des districts de Katmandou et Makwanpur. Ce programme leur permet d’apprendre des techniques de gestion innovantes et durables, comme la culture sous serres, les cultures saisonnières et hors saison, la micro-irrigation, l’installation de bassin pour récolter l’eau de pluie, etc.

Saraswotia, agricultrice népalaise de 35 ans, a perdu toute sa production après les tremblements de terre de 2015. Les séismes ont provoqué un détournement de l’eau du village qu’elle doit désormais aller chercher à pied par bidons à la municipalité voisine, ne lui permettant plus de cultiver ses légumes. Grâce à la formation et au soutien de SCLC, elle a pu mettre en place un bassin pour collecter l’eau de pluie. Elle a également construit une serre pour la culture de tomates et a mis en place un système d’irrigation goutte à goutte pour la serre. Depuis l’année dernière, la serre et les techniques qu’elle a apprises lui permettent de faire plus de profit que sa précédente exploitation. Elle est son mari possèdent un terrain assez grand, leur ambition est donc de progressivement réinvestir leurs profits pour agrandir la ferme et ajouter des serres.

Une partie des dons reçus des groupes scouts en 2017 ont servi à cofinancer ce projet.